Le général Maurice Faivre a rejoint le Père

Notre grand ami, notre frère d’arme, notre historien sans peur et sans reproche nous a quittés sans bruit avec sans doute un brin de malice dans le regard.

Voici l’hommage de Jean Monneret, son ami et compagnon de vérité qui décrit bien qui était le général Maurice Faivre :

Chers Amis,

Une très triste nouvelle Le général Maurice Faivre n’est plus. Sa vie peut se résumer en trois mots : Français, Soldat, Chrétien.

Français il aimait sa Patrie de tout cœur. Encore adolescent, engagé dans le scoutisme, il fut aux côtés de son père dans la Résistance.

Soldat, il combattit pour la liberté en Algérie contre le terrorisme islamiste et ensuite face au totalitarisme soviétique au sein de nos Services de Renseignements.

Il s’efforça aussi de sauver ses harkis et de faciliter leur venue en France. Il fut indéfectiblement fidèle à l’honneur militaire qui commande de ne pas abandonner ses compagnons d’armes à l’ennemi. Plus tard, historien militaire, il combattit la politique de la Repentance par laquelle certains cherchent à culpabiliser le peuple de France et à abaisser notre pays.

Chrétien, il puisait en sa foi catholique l’énergie et la mesure indispensables à l’action. Ainsi fut-il dans son secteur en Algérie de ceux qui interdisaient la torture, comme d’ailleurs 90% des cadres de notre Armée. Il montra ainsi que, d’une situation complexe, on peut toujours tenter de sortir par le haut. Sans donner de leçons, sans condamner quiconque, sans tapage ou mises en cause spectaculaires, quotidiennement et fermement, il donna l’exemple.

Un grand Monsieur nous a quittés ; il nous manquera beaucoup.

Jean Monneret. 

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*