“Qu’allaient-ils faire dans cette galère”

Cette célèbre citation de Molière dans “les fourberies de Scapin” s’adresse aussi bien à nos otages en voyage de noce qu’à notre Président qui s’est empressé d’aller les accueillir à leur descente d’avion comme des “héros” !

je suis comme notre ami Jose Castano de plus en plus énervé, en colère par les informations circulant autour de cette acte héroïque, certes, mais comme le déclare l’état major de la Marine, partout où nos compatriotes sont mis en danger, il est du devoir de nos soldats de leur porter secours.

Lire les mots de l’ami Joseph Castano qui ne sont que l’expression de son sentiment personnel :

… La mort de deux vaillants soldats des forces spéciales a suscité chez moi une colère qui gronde et ne cesse de s’amplifier… Deux soldats d’élite tués en échange de la vie de deux homos qui n’avaient rien à faire dans cette partie du globe déconseillée et infestée de terroristes islamistes… Ces deux là, Patrick Picque et Laurent Lassimouillas, venaient de se marier et étaient en voyage de noce lorsqu’ils ont été enlevés le 1er mai alors qu’ils roucoulaient dans le parc national de la Pendjari, dans le nord du Bénin… N’y-a-t-il pas là une disproportion inconvenante dans le dénombrement et le choix des victimes ? Macron voulait réaliser un coup d’éclat afin de redorer son blason et assurer, ainsi, la victoire de ses acolytes… Cela s’est traduit pas un tragique fiasco qui va, assurément, marquer à jamais le moral de nos troupes en OPEX… Mourir pour défendre la Patrie : OUI ! Mourir pour sauver deux hurluberlus en vacances qui n’ont que faire du patriotisme : NON ! Jamais !
Monsieur Macron, vous spéculez sur l’héroïsme et la vie de nos soldats : prenez garde à la colère des Légions !

José CASTANO

Lettre de Marcus
Flavinius
, centurion à la 2ème cohorte de la légion Augusta adressée
à son cousin Tertullus à Rome
 :

« On nous avait dit, lorsque nous avons
quitté le sol natal, que nous partions défendre les droits sacrés que nous
confèrent tant de citoyens installés là-bas, tant d’années de présence, tant de
bienfaits apportés à des populations qui ont besoin de notre aide et de notre
civilisation.

           
Nous avons pu vérifier que
tout était vrai et, parce que c’était vrai, nous n’avons pas hésité à verser
l’impôt du sang, à sacrifier notre jeunesse, nos espoirs. Nous ne regrettons
rien mais, alors qu’ici cet état d’esprit nous anime, on me dit que dans Rome
se succèdent cabales et complots, que fleurit la trahison et que beaucoup,
hésitants, troublés, prêtent des oreilles complaisantes aux pires tentations de
l’abandon et vilipendent notre action.

           
Je ne puis croire que tout
cela soit vrai et, pourtant, des guerres récentes ont montré à quel point
pouvait être pernicieux un tel état d’âme et où il pouvait mener.

           
Je t’en prie, rassure-moi au
plus vite et dis-moi que nos concitoyens nous comprennent , nous soutiennent,
nous protègent comme nous protégeons, nous-mêmes, la grandeur de l’Empire.

            S’il devait en être autrement, si nous devions laisser en vain nos os blanchis sur les pistes du désert, alors que l’on prenne garde à LA COLERE DES LEGIONS ».

Lire également sur le site “Opex360.com, en suivant ce lien.

Lire sur “Le salon beige” l’hommage de notre C.E.M.A. le général d’Armée François Lecointre très ému à nos deux officiers mariniers, Eric de Pierrepont et Alain Bertoncello morts pour la France pour sauvés deux français kidnappés par des terroristes islamiques en suiv ant ce lien.

Lire ces autres mots d’Anne-Sophie Chazaud qui sont, eux aussi l’expression d’une réflexion personnelle :

Afin d’aller secourir deux hommes otages, Messieurs Picque et Lassimouillas (non, rien) qui avaient cru bon d’aller célébrer leur voyage de noces en batifolant dans une zone hautement déconseillée par le Quai d’Orsay depuis plusieurs mois pour cause de terrorisme islamiste, deux commandos de Marine, Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello, parmi l’élite de l’armée française, sont morts.

Il est normal d’aller secourir les ressortissants français en danger partout où ils se trouvent. Il serait normal ensuite d’interroger ces « homos festivus » sur leur degré de responsabilité dans la situation que leur propre insouciance a créée, voire de leur faire payer les dommages, étant entendu que pour les parents des deux militaires, c’est la condamnation à la douleur à perpétuité.

Là où l’on dévisse complètement dans l’indignité, c’est quand on apprend que le chef de l’Etat les recevra en grande pompe à l’aéroport de Villacoublay, comme s’ils étaient des héros, alors que par leur comportement stupide et irresponsable ils ont mis en péril et causé indirectement mais clairement la mort de deux de nos concitoyens parmi les plus valeureux.

Mais, dans le fond, le bobo mondialiste, l’adulescent hors sol, le branchouille inclusif qui pense que la planète entière est son terrain de jeu et que l’homme par nature est bon, ne constitue-t-il pas une bonne définition et une parfaite connivence avec ce qu’incarne, aussi, la non-pensée macroniste ?

Dans ces conditions, après tout, il est normal que tout ce petit monde se retrouve, en vie.

Anne Sophie CHAZAUD

POur couronné le tout, lire la rubrique de Frank D. sur le blod “Mediapart” en suivant ce lien.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*