L’espérance est ce qui nous rend forts

Ce bulletin de Noël remplit les cœurs d’espérance partout où les misères tourmentent l’homme.

C’est le magnifique éditorial de Monseigneur Jean-Clément Jeanbart, l’Archevêque d’Alep qui, au milieu du champ de ruines qu’est devenu cette ville de Syrie et qui nous parle du “dénouement libérateur”.

C’est le conservatoire de la mémoire des français d’A.F.N. qui, comme nous le dirait Hélie Denoix de Saint Marc, veut: “Éviter que nos enfants aient, un jour, les dents gâtés par les raisins verts de l’oubli…”

C’est le Président Emmanuel Macron qui semble vouloir régler le problème des Harkis malgré la division et les antagonismes des acteurs de ce dossier.

C’est “Espérance Banlieue” qui ouvre, à Argenteuil, sa onzième école, le Cours Charlemagne, car l’école primaire : “c’est l’âge où s’acquièrent les réflexes propres à la relation sociale : la politesse, le respect, la maîtrise de
ce que nous appelons les codes sociaux”.

Et puis également, l’opération “Un coeur pour Philippe” lancée par Georges Belmonte qui donne l’espoir d’une transplantation cardiaque à Philippe Bésineau, fils de Roger Degueldre.

…Et bien d’autres sujets d’espérance pour les chrétiens menacés et pour notre pays.

Bonne lecture.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*